samedi 20 février 2016

Fin de Picasa, Google Photos assurera désormais la relève

http://www.cnetfrance.fr/news/fin-de-picasa-google-photos-assure-la-releve-39832752.htm
Passez de Picasa à Google Photos

C'est désormais officiel : Google vient d'annoncer la fin de Picasa, à la fois sa plate-forme de stockage Web et son logiciel de retouche et de gestions d'albums pour ordinateur, afin de concentrer toute son activité sur Photos, lancé en 2015 et qui permet de stocker un nombre illimité d'images.

C'est en 2004 que Google rachète Picasa et le propose au téléchargement, d'abord sur Windows puis Linux et Mac OS. Il s'agit alors d'une solution de retouche d'images alliée à une visionneuse des photos stockées sur son ordinateur. Il est aussi possible à tout moment d'en sélectionner pour les stocker en ligne sur Picasa Web Albums, d'un simple clic.
 

Google arrêtera tout support technique et ne mettra plus à jour ce programme à compter du 15 mars 2016.

Dans l'annonce postée sur le blog officiel de Google consacré à Picasa, la société américaine explique qu'elle veut unifier ses services photo autour d'une seule et même plateforme. Et c'est Google Photos qui l'emporte.

Picasa Web Albums
Sa version en ligne, qui permet de partager des albums entiers, a considérablement progressé au fil des ans, se dotant nombreuses fonctionnalités parmi lesquelles la cartographie, la reconnaissance faciale et la gestion des mots-clés associés. Elle s'est malheureusement heurtée à une concurrence de plus en plus forte, de la part des réseaux sociaux (Facebook) puis des applications mobiles (Instagram). En 2013, Google avait déjà transféré des albums de Picasa vers la section photos de son réseau Google+. Sans intervention de l'utilisateur, les photos et albums restants seront tous automatiquement migrés vers son compte Photos.
Le service en ligne Picasa Web Albums fermera définitivement le 1er mai 2016.


Google Photos
Annoncé au printemps 2015 lors de la conférence pour développeurs Google I/O, Google Photos permet aujourd'hui de stocker des photos (dans la limite de 16Mpx) et des vidéos (1080p) gratuitement et de manière illimitée sur le cloud, tout en bénéficiant d'outils de classification et de retouche. Google Photos est disponible aussi bien que le Web, au côté des traditionnels outils Google (Gmail, Drive, Docs, Agenda, Google+, Hangouts, etc.), que sur mobiles via une application dédiée qui permet notamment de synchroniser l'ensemble des photos prises avec son smartphone.


Google Photos : photos.google.com

lundi 15 février 2016

"Ping call" : tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle arnaque des appels en absence

Un appel qui ne laisse pas le temps de décrocher, instinctivement vous rappelez. Attention, il s'agit sûrement d'un "ping call", une arnaque de plus en plus en vogue.

Un coup de téléphone, une seule sonnerie et nous n'avons même pas le temps de décrocher ; on a alors envie de rappeler : ça vous dit quelque chose n'est-ce pas ? Attention pourtant ! Car il s'agit bel et bien d'une arnaque appelée "ping call" : le numéro à l'origine de l'appel en absence est surtaxé ! La technique n'est pas vraiment nouvelle mais la police nationale a mis en garde il y a quelques jours sur son siteinternet contre ces "escrocs qui utilisent de nouvelles ruses pour vous inciter à rappeler". A commencer par l'utilisation de numéros qui semblent désormais "normaux".

"Les escrocs passent leurs appels depuis des numéros en 01, 02, 04"

C'en est terminé, en effet, des numéros commençant par le fameux "0899", dont on se doute qu'ils sont surtaxés. "Pour ne pas susciter la méfiance de leurs victimes, les escrocs passent désormais leurs appels depuis des numéros en 01, 02, 04", prévient la police. La victime apprend alors qu'elle doit finalement appeler un numéro en "0899" pour gagner toutes sortes de cadeaux plus extraordinaires les uns que les autres.
L'objectif ? Nous retenir le plus longtemps possible pour nous soutirer un maximum d'argent. Une somme, qui peut s'élever à une dizaine d'euros, est ensuite prélevée directement sur la facture de téléphone.

Ne rappelez donc jamais ; sous aucun prétexte !
Comment alors ne pas tomber dans le piège ? "Si un interlocuteur cherche vraiment à vous joindre, il rappellera ou laissera un message sur votre répondeur", rappelle encore la police. Ne rappelez donc jamais ; sous aucun prétexte ! Même si le numéro semble normal.

En revanche, il est fortement conseillé d'envoyer un SMS au 33 700 avec le texte "spam vocal" et en spécifiant le numéro suspect. Cette plateforme de signalement est gratuite. Et si vous avez rappelé un de ces numéros, vous pouvez contacter le numéro Info escroquerie (0811 02 02 17).

"L'arnaque lui a coûté plus de 200 euros"
"Une victime a ainsi passé sept heures au téléphone pour un prétendu bon d'achat de 1 000 euros chez Carrefour. L'arnaque lui a coûté plus de 200 euros", rapporte Europe 1.
Source de l'article : journal Midi Libre


A lire aussi l'article sur le site de Metro News : Ping call : c'est quoi cette arnaque téléphonique (très) vicieuse

mardi 2 février 2016

Arnaques sur Internet : Détecter les e-mails malveillants

L’e-mail reste l’un des outils les plus prisés des pirates sur Internet. Voici quelques conseils pour repérer les messages malveillants et ne pas être victime de tentatives de phishing.

Un e-mail malveillant est un message électronique frauduleux qui a pour but d’inciter le destinataire à effectuer un transfert de fonds ou à se rendre sur un site frauduleux où lui seront demandés ses identifiants, ses mots de passe ou ses données bancaires. C’est la technique de l’hameçonnage, ou phishing en anglais. Il peut aussi être invité à ouvrir une pièce jointe dans laquelle se cache un programme capable de voler des données présentes sur l’ordinateur.


Attention aux courriels frauduleux !
Pour votre sécurité, ne répondez jamais à un courriel vous demandant vos coordonnées bancaires, vos identifiants, vos mots de passe.

Les indices qui doivent vous alerter

La présentation

Ne vous faites pas abuser par la présence de logos officiels, de liens vers des sites connus ou d’informations vous concernant. La présence de fautes d’orthographe ou de grammaire doit aussi vous mettre la puce à l’oreille.

L’expéditeur

Les pirates n’hésitent pas à se faire passer pour une banque, une administration (Caf, service des impôts…), une entreprise (EDF, Orange…) voire une personne de votre connaissance pour gagner votre confiance.

Le message

Il joue le plus souvent sur l’empathie (une personne a besoin d’aide), l’urgence (votre électricité sera coupée si vous ne réagissez pas vite), la peur (vous risquez d’être poursuivi si vous ne payez pas) ou fait miroiter une promesse d’argent ou un remboursement.

Le lien hypertexte

Vérifiez que l’adresse du site officiel vers laquelle il est censé renvoyer soit la bonne (www.microsoft.com et pas www.security-microsoft.com ou www.micosoft.com par exemple).

Les bons réflexes
  • Ne répondez pas au message, ne cliquez sur aucun lien y compris celui censé permettre de se désabonner, n’ouvrez pas de pièce jointe et ne remplissez aucun formulaire.
  • Faites preuve de bon sens : aucun organisme ne vous demandera par e-mail de lui communiquer des informations personnelles.
  • En cas de doute, contactez l’organisme censé vous avoir envoyé l’e-mail par téléphone ou en passant par la page d’accueil de son site Internet et non par le lien proposé dans l’e-mail.
  • Signalez l’e-mail sur la plateforme gouvernementale Internet-signalement.gouv.fr.
  • Supprimez-le et videz la corbeille.
  • Pour une protection au quotidien, certains éditeurs d’antivirus proposent des suites complètes comprenant diverses fonctions protectrices, dont l’antiphishing. 
Cyril Brosset
Provenance de l'article : http://www.quechoisir.org/telecom-multimedia/internet/conseils-arnaques-sur-internet-detecter-les-e-mails-malveillants?utm_medium=email&utm_source=nlh&utm_campaign=nlh160128